Giorgio

Par mick1969 le 2 septembre 2021
Dans Expériences de candaulistes

J’ai hésité à caler ce qui suit en "fantasmes" ou "expériences". Peut-être est-ce à ranger dans les deux catégories...
Jusqu’à présent, M était passive devant mes désirs candaulistes. Elle sait que j’échange en privé avec quelques rares contacts, elle connaît mes envies, mes fantasmes. Elle me laisse lui en parler et décrire des scène où je la fais participer à des jeux érotiques avec un ami complice. Elle dit que ça lui plaît de me voir prendre plaisir avec cette idée. Mais elle m’avait toujours dit qu’elle n’a pas l’envie d’un autre homme.
Récemment, je me suis absenté une semaine, en espérant, comme chaque fois, qu’elle réfléchisse à tout cela, peut-être même en se faisant plaisir seule, comme elle le fait quand elle s’ennuie et n’arrive pas à dormir, comme si la décharge électrique d’un orgasme lui permettait enfin de s’endormir.
Cette fois, sur la route du retour, j’échange avec elle des sms (pas au volant...).
Voilà comment ce qui s’est ensuite passé dans notre imaginaire a commencé :
- Comment seras-tu habillée pour mon retour ?
- Tu verras
- Je voudrais que tu sois entièrement nue, ou alors, dans une tenuequi te rendrait la plus séduisant possible pour un premier RdV avec un bel inconnu.
- J’aime pas les inconnus...
- Un ami séduisant, alors...
- Voilà.
- Un beau quinqua ou sexa que tu juges charmant et que je t’aurais déjà présenté...
Et quelle serait l’allure de cet ami séduisant ?
- Giorgio Armani, en plus grand et plus viril...
- ça me plairait de te présenter un homme de cette classe...
- On va lui envoyer un mail... J’aime beaucoup cet homme, il a un goût très sûr et j’aime beaucoup les Italiens...
- On aura donc Giorgio à l’apéro, beau, grand et viril...
- C’est ça !


Après, je suis arrivé à la maison. Je pensais que la tension serait retombée et qu’elle n’aurais plus envie de jouer à ça.
Mais non, on s’est servi un verre près de la piscine, et on a continué. Comme il faisait frisquet, elle a passé un pull, ras du coup devant, mais très décolleté dans le dos, très ample. Nous avons filé au salon, côte à côte.
Par petites touches, je reparlais de Giorgio :


- Notre invité est arrivé, il est comme tu le disais. Tu l’imagines, là ?
- oui
- tu lui fais une place ?
- oui


Et elle se pousse un peu contre moi comme pour laisser de la place à Giorgio, tout contre elle...


- Il est juste derrière toi, tu sens ?
- Oui
Il voit ton dos, te dis qu’il l’aime. Il a envie de le caresser. Il me demande s’il peut...
- Oui, il peut.
- dévoile lui une épaule, j’adore, lui aussi...
- oui


Et elle baisse son pull en se dévoilant plus. Elle vient plus vers moi, m’embrasse. Je descends encore son pull, ce qui dévoile un sein.


- Tu sens que notre ami caresse ton dos, ton épaule, tu aimes ?
- Oui...
- Il voit ton sein que je caresse. Il me signe qu’il le trouve beau...
- Oui, mais il touche pas. Juste mon dos et mes épaules.
- Pourtant, tout à l’heure, nous allons nous retrouver au lit, il te verra...
- oui


A ce stade, je suis comblé. ça va faire sourire les candaulistes expérimentés. Mais elle n’était jamais entrée dans ce jeu...
Je continue...


- Si c’est moi qui te prends, où sera-t-il ?
- Dans le fauteuil, il regardera.
- Et si c’est lui qui te prends, tu voudras que je sois où ?
- Tout contre moi.
- Contre toi pendant qu’il te baise ?
- Oui, je j’ai envie que ce soit toi. Et lui dans le fauteuil.
- En voyeur ?
- Oui.
- Tu sais qu’il se branlera en te regardant baiser...
- Oui, je m’en fous, il fera ce qu’il veut...


La suite dans un prochain post, avec l’intervention par sms d’un ami...

Soyez le premier à commenter cette contribution