Jacques, une connaissance collectionneur d’ancêtres. Partie 2.

Par les coquinous le 9 septembre 2021 3
Dans Expériences de candaulistes

Tout d’abord, à la demande de Valentine qui lui fait un doux baiser virtuel, nous souhaitons une joyeux anniversaire à Norrin.

Suite de l’après-midi avec Jacques :

J’entendais le délicieux clapotis que les doigts de Jacques provoquaient, ma petite cochonne ambiançait l’atmosphère avec ses couinements dûs à son plaisir. J’étais spectateur, cela me plaît tellement.
Jacques se tourna vers moi et me demanda d’allumer le plafonnier ainsi que d’aller éteindre l’éclairage du hangar, ce que je fis.
Quand j’ai réintégré l’ambulance, Val était toujours assise sur la banquette, mais ses vêtements jonchaient le sol.

Val : Docteur, je me sens mal, puis-je m’allonger afin que vous m’auscultiez entièrement ?
Jacques : Bien sûr madame, j’allais vous le proposer.

A cet instant, voyant que Val occupait presque toute la largeur de la banquette-civière, je me suis dit qu’ ils seraient plutôt limités question "positions".
Val était maintenant allongée, le bassin au bord de la banquette et les jambes écartées, tandis que Jacques avait la tête entre les cuisses et se délectait à la source humide qui lui était offerte. Ma petite cochonne semblait plus qu’apprécier la langue fouineuse, je voyais son petit cul se soulever en soubresauts et elle étirait ses tétons tout en les pinçant fortement. J’étais ravi et excité, j’ai sorti mon membre et le lui ai donné à sucer (je dois reconnaître que j’ai vite dû le retirer car je ne tenais pas à éjaculer à ce moment-là).
J’avais à peine dégagé la bouche de ma femme que Jacques s’est redressé et est venu lui donner un fougueux baiser.
Malheureusement, après plusieurs tentatives infructueuses, ils ne leur fut pas possible d’avoir une relation convenable sur cette banquette-civière. Alors Jacques proposa d’aller dans sa maison et, plus précisément dans sa chambre.
Valentine était déçue, très déçue (et elle l’est encore), mais a accepté car elle ne voulait pas repartir inassouvie.
C’est ainsi que, Valentine nue, nous avons fait les quelques mètres nous séparant du hangar à la maison.
Directement nous nous sommes rendus dans la chambre où Jacques l’a invitée à se coucher sur le lit pendant qu’il se déshabillait.

Personnellement, même si il existe des femmes (la mienne par exemple) qui aiment ce genre-là, j’espère (et je fais tout pour) ne pas avoir un corps comme celui de Jacques au même âge.
Pour le décrire : +_ 1m75, +_ 100 kgs, très bedonnant.

Valentine se tourna vers moi et me demanda de donner un préservatif à Jacques que je prévins qu’il devait s’en servir pour la pénétration, qu’elle soit vaginale ou anale.

S’adressant à Jacques comme si c’était un vieux pote, Valentine lui dit : "Mais viens que je te suces d’abord". Elle avait remarqué qu’à cet instant-là Jacques bandait mou et elle voulait lui redonner de la vigueur.
Jacques : "Sans la capote ?".
Val : "Oui".
Val commença par lui libérer le gland et le titiller délicatement de la main droite pendant qu’elle lui caressait les testicules. Immédiatement la queue de Jacques reprit tout son volume, alors Valentine sortit la langue et tournicota autour du gland.
Jacques avait la tête penchée vers l’arrière, les yeux clos et une main malaxant les seins de ma coquine.
Je l’ai averti de ce qu’il ne se laisse pas aller, qu’il devait donner du plaisir à Val avant de jouir lui-même.
Moi : "Tu peux la baiser ou la sodomiser, ou même les deux". Tout en lui montrant le flacon, j’ai ajouté que : "Voilà du lubrifiant anal si..."
J’avais déjà déballé le préservatif et c’est Val qui se chargea de le lui mettre.
Jacques tendit la main vers moi et s’empara du lubrifiant.
Valentine ayant vu ça se mit en position comme pour une levrette, c’est sa préférée pour se faire enculer.
Jacques versa quelques gouttes entre les fesses offertes, s’en enroba le majeur qu’il inséra bien à fond avant de le retirer et de le remplacer par son sexe gonflé à bloc. Il était respectueux et s’enfonça progressivement par petits à-coups. Une fois tout son organe entré, et voyant que Val appréciait, il y mit toute son énergie.
"Clap clap" faisait son bas-ventre percutant le fessier de Val.
Enervé par l’excitation il lui agrippa les cheveux qu’il tira fortement en exprimant son plaisir de lui "défoncer le cul, de l’enculer profond (selon ses propres termes)".
Mais ce qui arriva (comme de temps en temps), fut que Jacques ne put se contenir et éjacula alors qu’il était toujours entre les fesses de ma femme.
- "OH NONNNNN !" s’écria-t-elle, déçue que cela se termine déjà.
Jacques s’excusa et se retira.
Valentine me lança un regard que je compris immédiatement. Je me suis mis nu et l’ai rejointe afin de calmer ses ardeurs.
Je lui ai fait l’amour et, durant tout ce moment, Jacques n’a cessé de nous caresser tous les deux.

Aussi bien pour Val que pour moi, nous gardons un souvenir partagé de cet après-midi.

Amitié à tous et toutes,

Yanis

3 commentaires

Jacques, une connaissance collectionneur d’ancêtres. Partie 2.

Par Bastloiret le 14 septembre 2021

Bonjour
Dommage que le monsieur était rapide.
Valentine est toujours aussi géniale.
Jai vu la dernière elle est magnifique.
Continuez à écrire
Bastien

Jacques, une connaissance collectionneur d’ancêtres. Partie 2.

Par les coquinous le 10 septembre 2021

Bonjour Raphaël,
Non, je n’ai jamais eu de relations avec un des amants de Val, juste des fellations.
J’aime être sucé, que ce soit par une femme ou un homme.
Merci de nous suivre,
Yanis

Jacques, une connaissance collectionneur d’ancêtres. Partie 2.

Par couple_2286 le 9 septembre 2021

Yanis et Val,
C’est toujours un grand plaisir de vous lire
Petite question pour Yanis, Avez-vous déjà eu des relations uniquement qu’avec les Amants de Val sous le regard de celle-ci ?
Si Ouiiiiiii, Val a-t-elle pris son pied de vous voir dans des positions suggestives avec d’autres Hommes ?
Continuez à nous écrire de belles histoires
Merci
Raphaël