L’amant est dans le pré 1

Par Lamissexhib le 29 novembre 2021 2
Dans Expériences de candaulistes

Mesdames, messieurs bonjour,
Avant de commencer et pour mieux nous connaître, nous vous invitons à lire notre présentation et nos pratiques sur notre profil.

Notre récit commence l’été dernier, nous sommes au mois de juillet et La Miss est partie avec les enfants dans notre maison secondaire à la campagne. Quant à S., il est resté seul à son travail, à plusieurs centaines de kilomètres, il les rejoindra bien plus tard pour ses vacances.
La Miss profite du soleil et du grand air pour se promener en journée, puis, des apéros en soirée pour faire le plein de joie de vivre. C’est lors de l’une de ses soirées d’été qui se prolonge, où l’alcool délit les langues et embrume les esprits que tout a commencé. La Miss a chauffé un de nos voisins en faisant des allusions coquines. Il s’agit d’un agriculteur âgé d’un peu plus de cinquante ans, brun, svelte et en pleine forme. Il n’a pas été effarouché bien au contraire. Avec humour, il est rentré dans le jeu et ce soir là, seule la présence d’autres voisins et amis les a empêché d’aller plus loin. Légèrement frustrée et la culotte trempée de désir, La Miss ne comptait pas en rester là et elle mit rapidement au point un stratagème pour revoir son nouvel idylle sans trop attirer l’attention.
En une fin d’après midi, elle profita d’une de ses balades quotidiennes pour faire un détour par l’étable de notre cher voisin.
Elle arriva donc avec son mini short et son débardeur dans l’étable, à ce moment là, notre agriculteur imagina rapidement que son travail allait prendre du retard. Il alla accueillir La Miss et l’entraîna dans un recoin à l’abri des regards. Il empoigna alors La Miss par les fesses, la souleva et la plaqua dos au mur avant de l’embrasser fougueusement. La Miss se sentait fondre dans ses bras puissants, elle ne pouvait pas et n’avait aucune envie de lui résister bien au contraire. Il embrassait merveilleusement bien. En un tour de main, son short et sa culotte se retrouvèrent sur ses chevilles, tandis que son débardeur et son soutien-gorge passèrent par dessus ses épaules. Elle s’était retrouvée à poil en un temps record. L’agriculteur s’accroupit et découvrit alors son sexe lisse orné d’un joli piercing. Pour notre voisin, La Miss est surtout une bourgeoise de la ville, esseulée à la campagne durant une grande partie des vacances estivales pendant que son mari était toujours très pris par son travail. Certes des légendes courent à propos de la Miss, mais lui n’est sûr de rien, il se méfie des vantardises. Pourtant, à cet instant précis, en découvrant ce piercing en forme d’anneau au niveau du capuchon du clitoris, c’est un peu comme s’il venait de découvrir un panneau clignotant avec écrit en gros : j’aime le sexe ! Sans plus y réfléchir, tenant fermement les fesses rondes de La Miss, il plongea la langue la première dans sa fente et se mit à laper sa chatte dégoulinante au goût acidulé. Il la lèchait aussi bien qu’il l’avait embrassait. Elle ondulait du bassin tant le plaisir était fort, il était très doué. Sa langue jouait avec son clitoris pendant que ses doigts commençaient à fouiller sa chatte. On entendait maintenant le floc floc obscène de ses doigts qui allaient et venaient à l’entrée de son con humide. La Miss agrippait les cheveux de son nouvel amant. Elle sentait sa jouissance monter et elle comptait bien prendre son pied. En enfonçant ses ongles manucurés dans le cuir chevelu du voisin, elle pressait toujours plus la tête de son amant contre son sexe qui en retour redoublait d’effort. Il s’activait autant que possible, coordonnant sa bouche et ses doigts, jusqu’à entendre des gémissements annonciateurs de La Miss bientôt suivis par les cris d’une jouissance libératrice.
Reprenant ses esprits, La Miss voulu rendre la pareille à son amant en saisissant son sexe dur au travers de sa combinaison de travail mais celui-ci n’avait plus le temps. Des signes d’impatience se faisaient entendre dans l’étable, ça en était fini pour aujourd’hui.

La Miss termina donc sa promenade pour rentrer à la maison. Exténuée par son sport et ses émotions, une sieste réparatrice lui fit le plus grand bien.
Le soir venu, La Miss raconta tout à S.
Ce dernier banda très dur en imaginant sa femme dans les bras de ce voisin qu’il connaissait bien. En bon mari candauliste, il l’encouragea bien sûr à approfondir cette nouvelle relation. La Miss lui rappela qu’elle était libre et qu’elle ferait ce qu’elle voudrait, mais tous les deux se doutaient qu’elle ne s’arrêterait pas là.
S. était si excité qu’il implora sa femme de lui accorder l’autorisation de jouir. Après l’avoir fait languir, La Miss lui laissa un choix cornéliein :
- soit il jouissait ce soir mais dans ce cas il ne connaîtrait la suite de ses aventures qu’à partir de son arrivée dans leur maison de vacances. Il risquait donc une sorte de trou noir de trois semaines durant lequel il ne saura jamais ce qui a pu se passer ou pas.
- soit elle continuait de lui raconter ses aventures, si il y avait une suite, mais il ne serait pas autorisé à jouir avant d’être arrivé dans leur maison secondaire, soit pas avant au moins trois semaines.

2 commentaires

L’amant est dans le pré 1

Par billy_oceans le 6 décembre 2021

Excellent récit :)

L’amant est dans le pré 1

Par ericrack le 29 novembre 2021

Délicieux récit candauliste... Un suspens torride... Que va-t-il décider ? Un vrai choix cornes-et-liens... On est dans l’expectative la plus totale d’une suite subtilement et indubitablement indécente... Encore !