Ma femme un soir dans la rue.

Par gigi22 le 28 avril 2021 4
Dans Expériences de candaulistes

Ces soirées ont eu pour effet de nous libérer de nos tabous, au début de notre mariage Lisa lors qu’elle avait envie, me disait « j’aimerai bien qu’on fasse des choses ce soir », là maintenant elle me disait carrément « j’ai envie qu’on me suce, ou me branle ou j’ai envie d’exciter un mec le voir bander pour moi etc.. » cette franchise nous rapprochait encore plus et c’est souvent qu’elle prenait des initiatives, et quand je rentrais du boulot je la trouvais à la maison dans une tenue démente, maquillée et coiffée comme elle savait que j’aimais, et en plus elle devenait aguichante, sachant parler et se conduire comme une vraie salope débridée.
Parfois c’est moi qui appelais du boulot pour lui demander de se changer et de mettre une certaine tenue, de manière à la trouver toute prête en arrivant.
Après ces soirées dans les lieux de voyeurs, en discutant avec elle sur l’oreiller après une bonne jouissance, je lui faisait part de mon envie de la voir sortir de la voiture dans une tenue assez pute et de faire comme à la maison semblant de faire le trottoir, bien sûr pour notre plaisir exclusif et dans des impasses peu fréquentées le soir, elle me dit que cette idée lui était venue aussi qu’elle aimait exciter et que de marcher comme ça habillée en pute dans la rue l’exciterait beaucoup.
Un soir où nous étions en forme on décidait de mettre notre plan à exécution, après une bonne douche elle se maquillait, se brossait sa crinière blonde en lui donnant un maximum de volume, puis des boucles d’oreille et je choisissais moi même sa tenue un sous-tif balconnet seins nus, un string, des bas résille une minijupe en cuir noir juste au dessous des dentelles des bas, un blouson assez court en cuir, dont la fermeture éclair était remontée juste au dessous des seins, un peu comme si sa poitrine empêchait de fermer complètement et des mules ouvertes devant en daim noir un sac en bandoulière noir fourre tout qui venait battre sur ses hanches, et nous voilà partis.
Durant le trajet je la chauffais un peu mais pas trop pour ne pas la mettre dans un état second, mais je m’aperçus que ma salope était déjà excitée de sortir dans cette tenue, d’ailleurs dans le parking sous-terrain en allant à notre voiture, elle était passée devant et m’avait fait une démonstration de marche en se déhanchant qui la rendait irrésistible.
Nous arrivions et je me garer au fond d’une impasse où il n’y avait que des villas, là en lui allumant une de ses cigarettes( une menthol longue) je vis que ses mains tremblaient un peu, et je lui expliquait ce que j’avais envie qu’elle fasse, c’était qu’elle marche sur le trottoir en se déhanchant et en marchant pas trop vite et qu’elle aille jusqu’au bout de l’impasse qui donnait sur un boulevard beaucoup plus fréquenté à cette heure de la nuit. Il était 23h30 environ et dans cette impasse les réverbères éclairaient de leur halo orange toute l’impasse, elle ouvrit la portière et descendit elle se mit à marcher en se déhanchant, d’où j’étais garé je voyais le trottoir jusqu’au bout de l’impasse je me mis à bander comme jamais, elle faisait ça à la perfection si je ne l’avais pas su que c’était ma femme je l’aurai prise pour une professionnelle, ses talons claquaient bien le trottoir et un petit balancement de sa jupe faisait entrevoir le haut de ses bas résille, au milieu de son parcours elle avait l’air complètement à l’aise je le voyais à son attitude, elle s’arrêtait par moment se retournant et tirant une bouffée sur sa cigarette, prenant son temps et repartant en se déhanchant.
Je n’y tenais plus et j’avais commencé à me branler dans la voiture, arrivée au bout de l’impasse elle resta un moment à l’intersection, mon cœur se mit à battre plus rapidement, je pensais et si un client en voiture la draguait, surtout que dans ce quartier ils sont souvent tenaces quand une fille leur plaît ils la suivent, elle remonta à la même allure une main sur la bandoulière de son sac et l’autre tenant sa cigarette, elle avait tout des filles qui tapinent dans le coin, arrivée à la voiture elle s’engouffra sur le siège, elle avait encore un peu les doigts qui tremblaient mais elle arborait un large sourire qui me prouvait qu’elle y avait pris beaucoup de plaisir, je le vérifiais en touchant son sexe qui était dur et son string complètement trempé.
Durant nos ébats je lui disais toujours qu’elle était ma petite salope ma pute, que j’aimerai la voir tapiner, que j’aimerais la voir se faire prendre par un mec, mais nous n’avions jamais envisagé de passer à l’acte, bien sûr elle me répondait je suis ta salope je ferai la pute pour toi etc..etc.. mais nous n’avions pas inclus cette possibilité dans notre jeu de rôle, mis à part les voyeurs qui l’avaient tripotée et le fait qu’elle en avait branlé quelques uns, jusqu’à ce jour Lisa n’avait eu de rapport qu’avec moi.
Je m’allumais une cigarette et lui en proposais une autre, et nous nous mîmes à discuter « ça avait l’air de te plaire chérie » « oui un moment je me suis arrêtée car j’ai joui intensément ça m’a fait jouir de faire ça », je lui disait « et si un mec en voiture t’avait vue et qu’il ait voulu que tu le fasses avec lui ? » elle me répondit « je sais pas, c’est vrai que c’est hyper excitant je mouille encore, et toi qu’aimerais tu ? Que je le fasse ça t’exciterait ? ça te plairait ? ».
En tirant une bouffée sur ma cigarette et en caressant avec mon autre main ses cuisses, je lui avouais que de la voir au bout de la rue avait accéléré mon rythme cardiaque et m’avait donné cette nouvelle envie, la voir tapiner une fois avec un inconnu.
Elle me répondit qu’elle aussi avait eu cette envie, et puis me demanda quelques détails techniques, les tarifs qu’elle devait demander pour chaque prestation, et ensuite où elle devait aller pour le faire dans la voiture, je lui indiquais le fond de l’impasse où il y avait quelques arbres, sans villa un endroit mal éclairé, elle me dit OK je lui donnais quelques préservatifs que nous avions toujours dans la boite à gants, et la voilà repartie aussi bandante que la première fois, j’avais même l’impression que ce que nous venions de dire l’avais encore plus excitée. Elle ne se pressa pas comme si elle voulait déguster ces moments excitants, et puis arrivée au bout de l’impasse elle s’appuya contre une grille de villa, en se mettant sur une seule jambe comme je le lui avais appris , elle n’eut pas longtemps à attendre, une Mercedes noire s’engageât dans l’impasse et le mec baissa sa vitre et l’appela, je la vis s’approcher toujours en se balançant et discuter un peu puis monter dans la voiture qui vînt se garer derrière moi à l’endroit que je lui avait indiqué.
Grace à mon rétroviseur je pouvais espionner, mais je ne voyais que des silhouettes, puis au bout d’un moment je les vis passer sur la banquette arrière et aux mouvements de la voiture je compris ce qui se passait, j’avais envie d’aller voir mais la peur d’interrompre cette baise me poussa à rester dans mon véhicule. Au bout d’un moment qui me parut long mais qui en fin de compte ne dura peut être pas plus de quinze minutes je la vis descendre se rajuster récupérer son sac et se diriger vers notre voiture, alors que son client faisait demi tour et repartait.
Elle s’assit et je vit qu’elle était encore toute vaseuse, mais arborant un grand sourire, et elle s’alluma une autre cigarette, je lui passais la main dans l’entrejambe elle était inondée, et lui dit « alors raconte c’était comment ? ».
« Eh bien écoute bien c’était un jeune environ 25 ans, au début il voulait sans préservatif, je lui ais dit non, et 30€ la pipe et 80€ la passe en voiture, il m’a dit d’accord, arrivé au fond il m’a payé, puis j’ai défait mon blouson et enlever mon string il voulait me caresser un peu, il m’a dit que j’étais hyper sexy et très bandante, et qu’il venait souvent mais qu’il ne m’avait jamais vue, et m’a demandé si j’étais nouvelle, ensuite le l’ai sucé comme tu m’as appris, mais sa queue n’était pas pareille que la tienne le gland plus gros et un peu plus longue, il m’a dit que je suçais bien, et ensuite nous somme passés sur la banquette arrière il m’a prise en levrette en me caressant les seins j’ai joui à fond il s’en est rendu compte. Puis pendant qu’on se rhabillait, il t’avait vu en montant la rue et m’a demandé si tu étais mon mac, je lui ai dit non mon mari et il m’a dit qu’il aimerait bien me revoir, si je savais quels jours je serais là ?
Ses jambes tremblaient encore un peu mais effectivement elle avait joui à fond car elle serrait ses cuisses et on ne pouvait plus la caresser, nous roulâmes en mettant un peu de musique et nous sommes allés au bord de mer, garer la voiture face à la mer, pour fumer et les fenêtres ouvertes sentir la brise du large qui venait nous rafraîchir un peu.
Elle reprit un peu ses esprits au bout d’un long moment, mais elle était toujours aussi bandante, puis nous discutâmes, elle sortit l’argent de la passe « regarde 90 euros car il n’avait pas de monnaie, et m’a dit que je les valais bien » « ça t’a plu ? » « oui ça se voit non ! j’aime être désirée et voir que je fait bander un mec, ça me plaît mais ça me procure aussi du plaisir, et comme tu m’as connue vierge j’ai pas eu d’autres mecs que toi, et comme ça j’aimerais bien combler cette lacune et en connaître d’autres, si tu es d’accord chéri ? »
On discutait un bon moment je lui expliquais ce que j’aimerais qu’on fasse en couple au niveau sexuel, que la prochaine fois j’aimerais regarder, voyant que je me caressais avec sa main gauche elle me branla un peu, puis nous rentrâmes en roulant doucement il était 02h30 et en passant elle regardait le look des filles qui tapinaient encore au coin des rues et disait « celle là est pas sexy du tout, par contre celle là est bandante etc.. »
Arrivés dans le parking sous terrain en la voyant juchée sur ses talons hauts avec sa minijupe un peu remontée je n’y tenais plus et je la pris comme ça sur le capot de mon véhicule, sa chatte était bouillante visqueuse et lorsque je la pénétrais je sentais son vagin se contracter, je jouissais dans sa chatte et nous regagnions notre appartement où nous nous nous sommes endormis rapidement.
Le lendemain nous nous sommes réveillés vers 09h30, Lisa avait passée juste une nuisette mais elle avait gardé ses mules de la veille, ce qui provoqua chez moi un début d’érection, puis durant le petit déjeuner nous avons parlé de cette expérience de la veille. A froid elle m’expliqua que cela avait été très intense pour elle, surtout quand son client l’avait abordée en voiture, que ça ne la dérangerait pas de recommencer, en plus elle trouvait ça fun de se faire payer pour ça.
Puis elle partit dans des descriptions de tenues qu’elle aimerait bien porter si on y retournait, les mini robes ou les shoes qu’elles aimerait mettre etc..etc..
Toutes ces discussions me faisait bander, et dès qu’elle s’en aperçu elle vînt se mettre à genoux devant moi et me tailler une pipe mémorable qui se termina par une forte éjaculation dans sa bouche, après avoir avalé tout comme une gourmande elle vînt s’asseoir sur mes genoux et tout en m’embrassant elle me dit à l’oreille, « oui je suis ta petite pute, ta salope et je t’aime mon chéri ».

4 commentaires

Ma femme un soir dans la rue.

Par Cokin&Cokine le 3 mai 2021

Hummmm délicieusement excitant

Ma femme un soir dans la rue.

Par Dvd83 le 1er mai 2021

Une sacrée expérience très excitante

Ma femme un soir dans la rue.

Par Sandro le 28 avril 2021

belle complicité. recit tres bandant

Ma femme un soir dans la rue.

Par Mets fist oh le 28 avril 2021

Une femme audacieuse comme on les aime... Je vous ai laissé un message (NB : vérifiez dans vos spams).