Mon épouse s’offre à Matéo

Par Cokin&Cokine le 17 avril 2021 2
Dans Expériences de candaulistes

Au printemps, nous avions décidé de nous offrir une petite semaine de vacances en amoureux.
Pour cette semaine nous avions choisi de découvrir le Languedoc et ce n’est pas sans arrière pensée que j’avais choisi un superbe hotel, en bord de plage, au Cap d’Agde.
Nous y avons passé un très bon séjour, alternant farniente au soleil à la plage et visites de la région.
Pour ce qui est des coquineries, en revanche, nous sommes un peu restés sur notre faim. 
Nous étions encore hors saison et les lieux coquins étaient désertés.

Dans la semaine nous avons tout de même tenté une sortie.
Suivant les conseils et évaluations de sites coquins, nous avons jeté notre dévolu sur un club de bonne réputation, pas très loin de notre hotel entre le Cap et l’Étang de Thau : le Paradisio.

En milieu de semaine, le mardi soir, après un diner très agréable au restaurant de notre hotel, nous sommes allés à la découverte de ce club.
Nous y sommes arrivés assez tôt, vers 23 heures 30.
Avec déception, nous avons la surprise de découvrir, après avoir réglé le droit d’entrée, que nous sommes les seuls clients.
Le patron, très aimablement, nous explique qu’en semaine c’est très calme hors saison, mais que rien n’est encore perdu pour la soirée.
Comprenant notre désappointement il nous précise aussitôt, que si cela nous tente, nous serions ses invités pour les soirées du prochain week-end.
En attendant, nous visitons le club plutôt très agréable et surtout très grand. 
Il y a de nombreux salons, pistes de danse, alcôves et recoins sur trois niveaux de styles différents.
Après notre déambulation, sans grand espoir de voir d’autres clients arriver, nous prenons un verre tranquillement.

Alors que nous nous apprêtions à partir, un jeune homme arrive. 
En nous saluant d’un signe de tête, il s’installe à l’autre bout du bar et commande un verre.
À plusieurs reprises et le plus discrètement possible, il tourne la tête vers nous pour regarder Marie. 
Il la dévisage et la déshabille du regard. Il est évident qu’elle est à son goût. Cependant, si elle lui plait, très clairement, il ne sait pas comment s’y prendre pour créer le contact.
Ma Chérie et moi nous nous en amusons tous les deux mais lorsque je lui demande ce qu’elle pense de ce jeune homme, elle m’avoue ne pas être insensible à son charme et à son physique, mais aussi à son apparente timidité qu’elle trouve attendrissante.
Je lui propose alors d’aller faire un tour au sous-sol pour voir s’il nous suit. 
Aussitôt, sans dire un mot mais le regard brillant, elle me prend par la main et m’entraine vers l’escalier.

Arrivés au sous-sol, sombre et très vaste, nous nous dirigeons vers le fond.
Dans cette partie du club, des alcôves aux lumières tamisées se succèdent de chaque coté, séparées par des claustras et des rideaux qui permettent, selon son désir, de s’isoler ou de s’exhiber.
Nous nous dirigeons vers le fond et nous nous installons dans la dernière alcôve sur la gauche en laissant volontairement les rideaux ouverts.
Nous nous allongeons sur la grande banquette et sans attendre nous nous embrassons avec passion. 
Je commence à caresser Marie très impudiquement. 
En quelques secondes elle est complètement débraillée.
Sans voir de qui il s’agit, nous entendons des pas feutrés se rapprocher de nous. 
C’est lorsqu’il apparaît face à l’entrée de notre salon que nous voyons notre jeune timide.
Surpris lui-même de nous voir installés là, il passe devant nous, l’œil en coin, et, discrètement, va s’assoir au bord de la banquette dans l’alcôve en face de la notre, de l’autre coté du couloir.
D’où il se trouve il ne peut rien manquer du spectacle que nous lui offrons.
Dès qu’elle le sait en position de voyeur, Marie se fait plus féline et s’offre sans pudeur.
Rapidement, j’ouvre le léger corsage de ma femme et je découvre sa poitrine et ses jolis seins. 
En même temps, je relève sa jupe pour exhiber ses charmes les plus intimes, puis j’écarte son string sur le coté pour atteindre et caresser sa chatte déjà inondée mais aussi l’offrir au regard de notre visiteur.
Après quelques minutes, Marie me demande ce que notre voyeur est en train de faire.
Elle relève légèrement la tête pour voir où il s’est installé. 
Impatiente, elle me demande pourquoi il ne nous rejoint pas. Je lui réponds que je pense qu’il est très timide et qu’il n’ose pas s’approcher, sûrement trop impressionné. 
En même temps, je tourne la tête vers lui et je le regarde avec un sourire que je veux complice mais il reste impassible. 
Il a l’air à la fois tétanisé et subjugué.
Quand j’explique cela à l’oreille de Marie, elle me dit qu’il a sûrement peur de nous rejoindre parce que je suis là et que je dois l’impressionner. 
Je demande alors à ma femme si elle veut que je la laisse seule quelques instants pour voir si enfin il s’approchera, mais elle ne me répond pas.
Nous continuons nos caresses mais, très vite, elle me dit « va faire un petit tour » !
« Tu veux que je te laisse seule avec lui ? »
Confronté à son silence pour toute réponse, je continue mon monologue. 
« D’accord, je vais aller faire un tour pour voir s’il te rejoint mais, si c’est le cas, tu veux que je revienne ou tu préfères rester seule avec lui ? »
Avec des lumières scintillantes dans les yeux et la voix tremblotante elle me répond, très hypocritement : « S’il me rejoint c’est qu’il était trop impressionné et n’osait pas venir tant que tu étais avec moi. Dans ce cas, ce serait mieux que tu me laisses avec lui. »
Je l’embrasse fougueusement et je lui réponds : « C’est comme tu veux ma petite gourmande. Profites-en bien. »
Je me lève, je me rajuste un peu, puis je sors de l’alcôve et je m’éloigne avec assurance. 
Néanmoins, curieux de ce qui va se passer, je me glisse furtivement dans l’alcôve juste avant les escaliers et je reste en observation silencieuse.

Il ne suffit que d’une ou deux minutes pour que j’entraperçoive notre gredin rejoindre ma femme dans notre alcôve.
Trop éloigné, il m’est difficile de voir et d’entendre quoi que ce soit. 
Il m’est aussi difficile de m’approcher davantage au risque de me faire surprendre.
Très excité, je reste à l’affut et à l’écoute du moindre chuchotement, du plus faible souffle au plus discret soupir.
Après une vingtaine de minutes, j’entends très clairement ma femme se faire culbuter. 
Je ne sais pas dans quelle position elle se fait prendre mais je perçois bien ses gémissements, ses râles et ses longs soupirs. 
Il ne faut pas longtemps pour que je l’entende jouir intensément.
J’attends un petit moment dans mon coin avant de me manifester.
Je fais bien de patienter un peu car les bruits réguliers qui me parviennent après quelques minutes me font comprendre qu’ils sont partis pour une deuxième manche.
Il la besogne une bonne dizaine de minutes, puis, comme précédemment, j’entends ma femme exulter bruyamment. 
Cette fois, ses gémissements et ses soupirs sont accompagnés, en cadence, de ceux de son amant du moment.
J’attends encore un peu, puis, n’entendant que des bruissements, je retourne tranquillement vers l’alcôve sans chercher à être discret pour qu’ils m’entendent revenir.
Quand j’arrive devant l’entrée, ma femme, l’air épanoui, termine de se rhabiller. 
Lui est debout devant elle, déjà prêt à sortir. 
En me voyant elle me fait un grand sourire. « Chéri, je te présente Matéo. Comme nous, c’est la première fois qu’il vient ici. Il est en déplacement pour le travail ! »

Après nous avoir salué et remercié mon épouse, Matéo sort du salon et s’éclipse.

« Alors ma Chérie, ça t’a plu ? 
- J’ai adoré !
- Quoi, ton amant ou être seule avec lui ?
- ... Les deux ... bien sûr ! »

Nous remontons au rez-de-chaussée et, avant de partir, nous reprenons un verre en discutant un moment avec le patron. 
Il nous renouvelle son invitation pour le week-end. 
On ne lui promet rien mais on lui précise que ce ne pourrait être que vendredi soir, samedi étant notre dernier jour dans la région.

Une fois rentrés à l’hôtel, nous faisons l’amour passionnément autant que rageusement.

2 commentaires

Mon épouse s’offre à Matéo

Par Cokin&Cokine le 18 avril 2021

Merci pour le compliment.

Oui effectivement nous ne l’avons pas revu, cependant nous avons vécu de nombreuses autres aventures dont nous publions ici les récits de certaines soirées choisies.

Bonne lecture

Mon épouse s’offre à Matéo

Par mdesaf33 le 17 avril 2021

Très belle aventure.
Très mignon de se cacher comme vous l’avez fait pour préserver la tranquillité de votre épouse, et la timidité rafraîchissante de ce jeune homme.

Malheureusement je crois comprendre que son éloignement fait que vous ne le reverrez pas ?

En tout cas une soirée mal partie qui se termine bien.