Notre première fois...

Par Versini35 le 7 avril 2021 3
Dans Expériences de candaulistes

Nous sommes un couple de 36 et 32 ans, ensemble depuis 7 ans et candaulistes heureux depuis environ 2 ans. Voici notre première fois, si cela peut inciter les indécis à franchir le pas de cet art de vivre (oui

3 commentaires

Notre première fois...

Par les coquinous le 8 avril 2021

Il est toujours beau lorsque c’est l’épouse ou la copine qui est demandeuse pour que le couple franchisse le pas vers le candaulisme.

Notre première fois...

Par elleetluisb le 8 avril 2021

Hummm très sexy

Notre première fois...

Par Versini35 le 7 avril 2021

Nous sommes un couple de 36 et 32 ans, ensemble depuis 7 ans et candaulistes heureux depuis environ 2 ans. Voici notre première fois, si cela peut inciter les indécis à franchir le pas de cet art de vivre (oui 😊).
J’ai un travail intellectuel, très prenant, de bureau principalement, ce qui m’amène à délaisser les choses « viriles » de la vie courante (retaper notre maison, l’entretien, etc.). Or Axelle est très portée sur les hommes qui « font des choses » et savent se servir de leurs mains, en plus de leur tête. Au cours de nos balades, je remarquais que son regard s’arrêtait souvent sur les hommes en train de jardiner, de bricoler… je trouvais son regard très admiratif et tendre, ce qui, loin de me rendre jaloux, me la rendait encore plus belle et désirable.
Sur un plan sexuel, notre relation était principalement douce et sensuelle, sans excès de « vigueur » de ma part. Axelle n’avait pas choisi un dominateur ! Je sais qu’il lui manquait une part de virilité, une dose d’assurance directive, dans nos rapports… ce n’était pas faute de me « provoquer », loin s’en faut. Axelle, de temps à autre, aimait à me susurrer à l’oreille un « baise moi maintenant » suave et sans ambiguïté… de même qu’elle n’hésitait pas à lancer des « vas-y plus fort » et des « donne-moi ton jus » pendant nos ébats… Je peinais à la satisfaire pleinement.
Un week-end, alors que le jardin était à entretenir d’urgence (hum), elle ramena chez nous un de nos voisins, avec qui on discutait de temps en temps, et qu’Axelle avait vu fréquemment en train de bosser. Elle m’a alors dit, à son arrivée, « puisque tu ne fais rien, Pierre va m’aider à jardiner ». Je ne m’en étais pas plus soucié que cela, et la voir dans le jardin rire avec cet homme m’avait bien plu. Alors que j’étais plongé dans un travail qui demandait une concentration intense, mon esprit était perturbé par ce qui se passait un étage plus bas, dehors. Pierre mettait du cœur à l’ouvrage, il travaillait bien dans le jardin. Et sa complicité avec Axelle était manifeste. Elle lui apportait un rafraîchissement, elle plaisantait, semblait tactile…
Le soir venu, je reparlais avec elle de l’après-midi passé avec Pierre. Elle me fit un grand sourire. Axelle me confia qu’elle s’était sentie heureuse, un sentiment de plénitude avait envahi son corps… A ma question « Il te plaît ? », elle n’hésita pas un instant et me répondit « Oui, vraiment ». Elle me dit, sans craindre ma réaction, qu’elle avait frissonné d’excitation lorsque sa main avait frôlé sa belle cambrure… « Tu voudrais aller plus loin avec lui ? », osai-je. Elle marqua un temps d’arrêt et me dit « Si tu l’acceptes, oui ». Nous n’avons pas échangé des heures, on semblait se comprendre à demi-mots sans avoir besoin d’évaluer la situation et parlementer. Je lui confiais simplement que je serais heureux de les voir ensemble.
De mon côté, j’étais très, très excité à l’idée de cette « perte de contrôle » sur ma petite femme, de la savoir libre de ses envies, qu’elle puisse assouvir ses fantasmes sexuels, avec cet homme, Pierre, à l’assurance certaine mais sans extravagance. Avant qu’ils se revoient, je lui fis, en guise de cadeau de mari cocu, un ensemble de sous-vêtements coquins en belle dentelle. Son sourire fut rayonnant…
[… Suite à venir 😊]