Un sacré trio sans moi (partie 2)

Par FDorenavant le 12 octobre 2021
Dans Expériences de candaulistes

« Jettes un œil à cette jolie petite chatte bien épilée », poursuit Philippe. Elle ne mouillait pas, elle coulait littéralement, la soumission et la perpective des grosses bites qu’elle allait se prendre probablement. Elle se donne totalement, ne rechigne pas, les branle, les lèches jusqu’au cul. « Dire que tu as failli partir pour nous laissé comme cela vilaine. »
« A quatre pattes maintenant ! » Docile et obéissante, elle s’exécutera immédiatement, et Bing, elle eut droit à une bonne fessée au milieu du salon. Elle se trouvait humilié devant un quasi inconnu trop content d’être là, prêts à infliger à cette victime consentante ce qu’elle mérite dont quelques claques au passage.
« Ce n’est pas avec ton mari que tu connaitrais cela » mais Philippe se lâche probablement un peu de trop et elle finit par protesté, Cherche à se relever, les fesses rouge voir écarlate et douloureuse mais la chatte dégoulinante, réellement au abois … il était temps de la prendre.
« Reste comme cela ! » s’exclama t’il … Elle se sentait ridicule, Tony attendait aussi le feu vert. Cela n’allait pas tardé, elle était magnifiquement soumise, en porte jarretelles, les seins lourds gonflés de désirs à la vue des hommes qui allaient en profiter. La fine étoffe de son string mi cuisse pour completer un tableau des plus excitant. La voir tortiller du cul dans l’attente de son sort était des plus jouissif pour nos deux compères.
« Dis nous que tu es une salope ! » … « Je suis une grosse salope, tu es content ? » , et hop elle fût prise en levrette, les fougueux étalons s’en donna alors coeur joie à tour de rôle. Sandrine gémit de plus en plus et jouis avec l’endurance de Philippe pas peu fière sachant que je n’y arrivait pas plus que Tony. Allongé sur le sol, elle n’eut pas le temps de reprendre ses esprit .« Vient Tony nous allons la doubler » (cela m’excite d’autant plus qu’il avait prononcé les mêmes mots à notre premier trio). Elle ôta son string et elle le chevaucha sans rechigner le gratifiant d’une jolie et longue pelle à pleine bouche pour lui montrer son bonheur d’être traité de la sorte. Il me décrit ma femme vraiment à point, je l’ai constaté à son retour, le sexe appellant le sexe.
Il poursuit : « Oui oui va y encule la, elle attend que cela », ce qui n’était pas faux même si elle mit les haut la d’y aller doucement. Il l’encula progressivement et tout se passa plus que bien. Tony était lui aussi bien mieux membré que moi mais le cul de Sandrine encaissait très bien à défaut d’être endurant. Les deux salauds bien calés sur le sol purent bouger de concert pour la faire décollé avec la sensation des queues qui s’entrechoquent en elle. Philippe ne pouvant pas beaucoup bouger c’est avec Tony et par le cul qu’elle jouit rapidement une nouvelle fois. Tony ayant ôter son préservatif s’installa sur son canapé pour reprendre lui aussi ses esprit. Philippe en fit de même, tout deux contemplant leur victime, allongé à même la moquette encore quelques instants, les jambes repliées comme pour préserver la pour profiter encore des sensations de plaisirs comme de douleurs de leurs puissants assauts.
« C’est pas fini salope, tu viens nous finir maintenant » 
Mollement elle se dirigea vers le canapé à quatre pattes et reprit en bouche le sexe de Tony sans grand envie alors qu’il commençait déjà à mollir. Elle prit surtout la pause, écartant bien les jambes pour Philippe qui ne perdait pas une miette, sa grosse queue perte à la fourré de nouveau. Tony n’en pouvant plus se branla dans sa bouche. Il jouit comme un porc de longues giclées dont elle dut bien avaler une partie.
« Reste comme cela ! » … C’est exactement ce qu’elle souhaitait, elle tendait la croupe pour Philippe puisse se finir à sa guise, ce qu’il fit en lui déversant tout son sperme bien profondément au fond du vagin pour leurs plus grands plaisirs respectifs.
Tony demanda s’il pouvait garder le string et elle lui fit juste un petit sourire et la bise. Elle enfila sa petite culotte de secours et Philippe l’a raccompagna à sa voiture.

Soyez le premier à commenter cette contribution