Vacances à Knokke, suite.

Par les coquinous le 15 novembre 2021 1
Dans Expériences de candaulistes

Le lendemain, 14h.
Val, étendue et nue sur le transat, parlait avec le voisin qui était sagement assis en compagnie de sa femme lorsque celle-ci le prévint qu’elle partait faire des courses ainsi que du shopping. Elle lui demanda si il l’accompagnait et il répondit qu’il avait prévu une promenade dans les terres.
Entendant cela, je me suis levé et appuyé sur la balustrade pour m’assurer qu’elle partait bien.
Val s’adressa au vieux voisin par ces termes : "Vous pouvez venir, je vais vous ouvrir la porte". Moins de 2 minutes plus tard il était chez nous.
Val était à son aise, moi entièrement décontracté, mais il n’en allait pas de même pour le voisin qui ne devait pas avoir l’habitude de ce genre de situation.
Elle lui proposa un verre de rosé qu’elle me demanda de servir. Quand je suis revenu avec les verres elle se trouvait assise sur lui et l’embrassait avec fougue.
Ma Val est une petite chienne, si on lui promet un beau nonosse elle ne tient plus en place !

Précision entre nous : J’ai eu un petit regret ce jour-là, qu’elle soit déjà nue lorsqu’il est arrivé. En effet, j’aime voir ses amants la tripoter sous ses vêtements, lui caresser les jambes sur le nylon qu’elle porte, deviner quand ils introduisent une main dans sa petite culotte pour aller titiller son clito, mais bon...

J’ai attendu que leurs bouches se séparent puis leur ai tendu leur verre.
La conversation s’est dirigée sur notre candaulisme (terme qu’il ne connaissait pas) et je lui ai expliqué tout le plaisir que je prenais à la voir s’offrir, ainsi que celui de Val à passer d’agréables moments avec des hommes d’un âge certain.
Il nous a questionner quant à savoir si ça arrivait souvent, si cela ne dérapait pas parfois. Bref, quelques minutes plus tard il était rassuré et totalement relax.
Toujours assise sur lui, elle lui marmonna à l’oreille et, l’embrassant à nouveau, elle écarta les jambes pour bien lui ouvrir l’accès à son minou.
Quel sublime spectacle pour moi ! Ma chérie nue sur les genoux d’un papy, mélangeant leurs langues, et quelques doigts entre ses cuisses.
Doucement, elle commença à lui déboutonner sa chemise, lui caresser le torse, jouer avec ses tétons. Ensuite elle se leva et lui demanda de faire de même. Tandis qu’elle lui ôtait son pantalon et son slip, il me regardait en souriant. Mais quand elle s’agenouilla et s’empara de sa queue, il ferma les yeux et s’abandonna aux caresses linguales de ma suceuse.
Son sexe n’était pas énorme, j’ai vu des hommes de son âge bien mieux monté, il devait avoisiner les 14/15 cm. Mais l’âge de ses amants a plus d’importance que la taille me dit-elle souvent.
Prudente, ne voulant pas d’éjaculation précoce, elle stoppa la fellation et alla s’allonger sur le canapé en lui demandant de venir la caresser, la branler. Tout en parcourant son corps de ses mains il ne cessait de la lécher partout.
- "Mets un doigt en bouche" dit-elle.
Et tandis qu’il s’exécutait, elle leva les jambes et écarta ses fesses.
- "Maintenant mets-le dans mon petit trou et branle-moi le cul".
Val ne prononce que rarement des mots aussi crus, elle était méga excitée !
Je m’étais rapproché d’eux pour bien voir et je n’étais pas déçu.
A ce moment-là une idée marrante m’a traversé l’esprit, si sa femme revenait et regardait chez nous, elle aurait pu aisément voir son mari et Val. Et même sans les voir elle aurait pu deviner ce qui se passait car Val couinait sans retenue et la porte de la terrasse était grande ouverte.
Il était à genoux, masturbant l’anus de Val et lui mangeant les seins, je voyais sa queue raide qui remuait, je n’ai pu m’empêcher d’aller la prendre en main et de le branler. J’ai senti comme une petite réticence de sa part, mais ça n’a pas duré. Malgré tout j’ai réfréné mon envie de le sucer et l’ai juste branlé quelques instants.

Je suis bi-léger, il m’arrive parfois de sucer et même de sodomiser les amants de Val, mais moi je ne me fais jamais enculer.

- "Allons dans la chambre" a dit Val.
Le vieux a ôté son doigt, s’est relevé et a suivi Val qui sautillait.
Il lui avait dit qu’il ne souhaitait pas ma présence quand il la posséderait, donc je les ai laissé aller seuls. Ce qui n’empêche que quelques instants plus tard j’étais dans l’entre-porte à les mater.
Malheureusement, vu qu’ils parlaient à voix basse, je n’entendais pas ce qu’ils se disaient, mais Val me l’a dit après, elle lui avait demandé de ne pas éjaculer en elle, mais de terminer en recevant son sperme en bouche.
Il était allongé, elle était à cheval sur lui et donnait la cadence. C’était une vraie furie, je crois que même moi je n’aurais pas tenu longtemps.
Mais lui ça allait, il tenait le coup.
Lorsqu’elle se retira le préservatif vint avec.
Elle approcha sa chatte de la bouche du vieux qui ne se fit pas prier pour la fouiller avec sa langue. Elle jouissait, je le voyais aux soubresauts provoqués.
Cette scène et la vue du membre viril m’ont encore donné l’envie de le sucer, mais je n’en ai rien fait par peur de priver ma chérie du miel chaud qu’elle souhaitait déguster.
Et j’ai bien fait, quelques instants plus tard elle descendit entre les jambes de l’homme et lui fit une fellation dont je suis certain qu’il en gardera le souvenir jusqu’à sa mort. D’ailleurs, quand il envoya la sauce, il gémit bruyamment de plaisir.
Quand leurs corps se quittèrent je lui ai proposé de se rendre dans la salle de bain afin qu’il ne retourne pas chez lui tout collant.

Le jour avant notre départ Val et lui ont remis ça, mais malgré son insistance nous ne lui avons pas donné nos coordonnées.

Amitiés à tous et toutes,

Yanis

1 commentaire

Vacances à Knokke, suite.

Par pathon le 17 novembre 2021

Un seul mot,excellentissime !!!!!