Vengeance, partie 2

Par les coquinous le 1er avril 2021 3
Dans Expériences de candaulistes

Yanis et moi étions bien d’accord, mais comment allait-on faire pour arriver à mes fins ?
Plus les jours passaient et moins ma colère était grande envers Elodie qui m’avait néanmoins trahie. Par contre, le souvenir de son grand-père me grattant le sexe au travers du tissu de ma petite culotte me donnait de plus en plus l’envie d’être possédée par lui. Mais serait-il d’accord ? N’était-il pas un vieux vicieux qui aime seulement voir et toucher ? Je devais être prudente dans mon approche, m’assurer de son désir.
Plus je cherchais un moyen d’y arriver et moins je trouvais. C’est Yanis qui m’a aidée, j’ai suivi son conseil et je n’ai pas à le regretter.
Nous savions que cet homme est un passionné de pêche et que tous les dimanches matin il se rend au canal près de chez lui (et qui n’est pas fort éloigné de chez nous), c’est là que je devais aller à sa rencontre.
Dimanche, 10h, vêtue d’une jolie mini toute légère je me rends au canal. 50 m, 100 m, 200 m, enfin je le trouve ! Il est là, assis paisiblement et la canne en main en regardant son flotteur lorsque je m’approche de lui :
Moi : Bonjour.
Lui, étonné de me voir : Bonjour Valentine.
Moi : Je ne savais pas que vous étiez ici, je vous ai vu alors que je me promène comme souvent le dimanche.
Lui : Oui, je viens souvent ici car le coin est tranquille.
Nous avons bavardé quelques instants puis il m’a proposé son siège, ce que j’ai refusé en prétextant préférer m’asseoir sur l’herbe.
Ce n’était pas innocent, je voulais le provoquer et voir sa réaction. Posant mes fesses par terre, ma jupe s’est retroussée et la presque totalité de mes jambes ne pouvait échapper à sa vue. Assise à côté de lui je voyais bien qu’il faisait plus attention à mon offrande qu’à son flotteur, mais il ne disait rien concernant ça. Je devais encore être plus osée, alors très doucement je me suis mise de côté et ai entrouvert les cuisses de manière à ce que ma culotte lui soit visible. De plus, dans cette position je le voyais encore mieux quand ses yeux se dirigeaient sur moi. Il matait mais n’avait aucun propos en rapport avec ce que j’espérais, allais-je vers un flop ? C’était donc à moi de faire le premier pas oral, j’avoue que je n’aime pas, mais il le fallait bien.
Moi : Vous vous souvenez de la dernière soirée où nous étions tous chez Elodie ? On s’est bien amusé.
Lui : Oui, j’avais bu un peu trop mais je me souviens bien.
Moi : Je me rappelle surtout d’un moment précis, pas vous ?
Son visage changea, il ne me regardait plus et devint évasif.
Lui : J’ai oublié certains moments, du quel parles-tu ?
Je pense qu’il a dû paniquer, il croyait certainement que j’allais l’attaquer pour les gestes déplacés qu’il avait eu envers moi.
Moi : Je parle d’un moment qui me fut agréable, même si il m’a fait un peu peur, celui où j’étais sur vos genoux.
La voix légèrement chevrotante il me répondit qu’il s’en souvenait un peu maintenant que j’en parlais.
Moi : C’est plutôt vexant que votre souvenir vous joue des tours, moi je me rappelle très très bien de cet AGREABLE (j’ai haussé le ton pour ce mot) moment, juste j’avais peur que quelqu’un vous voie et que je passe pour une putain.
Il a été rassuré par mon propos, pour preuve il est devenu plus détendu et m’a répondu qu’il s’en souvenait parfaitement mais qu’il avait peur que je sois là pour l’injurier.
Moi : Non, je suis venue exprès pour vous voir car j’ai aimé votre façon de me toucher et j’aimerai que vous recommenciez.
Lui : Ici ? Maintenant ? On pourrait nous voir.
Je me suis levée et appuyée contre lui, sur son flanc gauche.
Moi : Il n’y a personne, mettez votre main sous ma jupe et refaites comme l’autre jour, si quelqu’un arrive on le remarquera et je reculerai un peu.
Il a posé sa canne à terre et sa main gauche est aussitôt venue sous ma jupe. Il a gratouillé une 20aine de secondes puis a pénétré ma culotte. J’étais déjà bien humide, il m’a regardée en souriant puis a jeté un oeil à gauche et à droite. Comme il n’y avait personne aux alentours il ne s’est pas gêné et son autre main est également allée dans ma culotte, mais par derrière. Il avait maintenant un doigt dans ma chatte et plusieurs entre mes fesses dont un titillait mon anus. Ce jeu a duré un bon moment, je sentais un peu de mouille s’écouler le long de ma cuisse lorsqu’un bruit nous a fait sursauter tous les 2. A moins de 2 mètres il y avait un homme à l’arrêt qui se régalait du spectacle que nous lui offrions. Quand il a vu qu’il était découvert il s’en est allé rapidement.
Lui : C’est trop dangereux ici, quelqu’un qui me connait pourrait surgir.
Moi : Même chose pour moi, je ne voudrais pas que quelqu’un de votre famille nous surprenne.
Lui : C’est dommage, j’aurais aimé te caresser plus longtemps et que toi aussi tu me donnes un peu de plaisir.
Moi : On peut peut-être s’arranger, vous sauriez venir chez moi cet après-midi ? Vers 15h.
Lui : Oui, c’est possible, je dirais à ma femme que je vais chez un ami. Mais toi, ton mari sera absent ?
Moi : Si vous venez je serai toute à vous et accessible à tous vos désirs, mais il y a une condition.
Lui : Laquelle ? Tu veux de l’argent ?
Moi : Non, pas d’argent, mais Yanis sera là.
Il m’a regardée et m’a posé quelques questions concernant la présence de Yanis, cela lui faisait un peu peur. Alors je l’ai rassuré en lui disant que c’était notre façon de vivre et qu’il ne serait pas le premier.
Je le voyais troublé, hésitant, se demandant si tout cela était bien vrai. Alors, pour le rassurer, je me suis penchée vers lui et l’ai embrassé à pleine bouche.
Je l’ai aidé à prendre tout son matériel et suis allée avec lui jusqu’à sa voiture. Une fois le coffre chargé, avant de le refermer, il m’a assise sur le rebord et m’a doigtée à nouveau alors que quelques voitures passaient. C’était discret, mais pour un homme peureux il m’a étonnée.
A suivre

3 commentaires

Vengeance, partie 2

Par waaxer le 13 avril 2021

Valentine,

J’adore votre récit... Ai hâte d’arriver au final.

Vengeance, partie 2

Par varoi le 7 avril 2021

Je trouve très bien votre récit et j’attend la suite avec impatience

Vengeance, partie 2

Par les coquinous le 5 avril 2021

Pourquoi vous ne mettez pas de com’s ? Si je suis une salope, par contre j’ai difficile avec les mots crus et c’est peut-être cela que vous me reprochez ?? Je suis triste.
Bisous à tous,
Valentine